The Mignonne's Project:
la Brasserie de Trévarn

Brassage à la ferme, brassage traditionnel & à l'anglaise

The Mignonne's Project!

La Brasserie de Trévarn a été créée avec l'ambition première de relocaliser la fabrication de la bière.

En effet, la bière, c'est avant tout de l'eau, et transporter de l'eau n'est clairement pas une solution d'avenir. Cela ne représente d'ailleurs pas une révolution, il ne s'agit que d'un retour logique à ce qui existait avant, lorsque la Bretagne (et d'autres régions) fourmillait de brasseries artisanales.

Ainsi, nous revendiquons le même rôle qu'un boulanger par exemple, et nous souhaitons que la clientèle passe nous voir pour prendre leur bière comme elle achète son pain.

Notre histoire !


À Trévarn, Saint-Urbain en Finistère !

Chapelle de Trévarn

« Les Mignonne n'ont pas choisi Trévarn, c'est Trévarn qui a choisi les Mignonne ! », Un inconnu, a.d. 2015

Brestois d'origine, Trévarn est une belle découverte issue de rencontres, comme c'est souvent le cas. En l'occurrence, il s'agit de celle de deux agriculteurs désireux d'aider des jeunes tout en valorisant leur patrimoine. Ils n'en étaient pas à leur coup d'essai puisqu'ayant déjà accueilli une maraîchère bio.

La mise à disposition de deux anciennes étables était l'idéal pour se lancer dans l'aventure, d'autant que leur expertise a largement contribué au succès de l'entreprise.

L'écrin de verdure du lieu-dit Trévarn habrite donc notre brasserie. Il est idéalement placé sur la route entre Daoulas et Saint-Urbain, permettant à une vaste population de venir découvrir les Mignonne, de Landerneau à Logonna-Daoulas, ou d'Irvillac à Dirinon.

Vous êtes les bienvenus dans votre brasserie !

S'y rendre !


Mais qu'est-ce qu'on y boit ?

Les Mignonne sont avant tout des petites anglaises, et ce pour plusieurs raisons :

  • Par goût : le brasseur des Mignonne préfère le style anglais.
  • Par exigence : les techniques de brassage employées sont issues de celles anglaises (empâtage par infusion mono-palier notamment).
  • Pour le climat : la Bretagne est plus proche d'un climat anglais que belge, par exemple...

À partir de là, la gamme de base a été réfléchie, et cette réflexion a mené au triptyque suivant : Pale Ale anglaise pour la blonde, Old Ale pour la brune et Irish Red Ale pour un intermédiaire délicat.

Les bières...

Mais encore ?

Récole de houblon endémique

The Mignonne's Project, c'est aussi un état d'esprit, l'envie de remettre la bière sur les tables bretonnes. C'est également l'envie de changer l'idée qu'ont les gens de la bière, c'est-à-dire d'une boisson alcoolisée et rafraîchissante que l'on boit en terrasse l'été. Car la bière va bien au-delà !

C'est pourquoi nous essayons de suivre des styles pas forcément très connus dans nos contrées, de tester des nouvelles recettes... Nous essayons également de récolter par nous-mêmes certains ingrédients afin de façonner des bières qui seront forcément uniques ! Ainsi, nous avons transplanté un plan de houblon endémique qui pousse naturellement sur les rives de la Mignonne, pour que nous puissions une fois l'an récolter et brasser une ou deux bières spéciales, avec des cônes qui sont tout frais !

De même, et grâce à l'expertise d'un botaniste, nous testons des recettes nouvelles ou ancestrales, dans l'esprit qu'une bière n'est pas forcément façonnée autour du houblon.


Gwenaël BRUNET

Notre histoire

Sans rentrer dans les détails, voici les grandes étapes qui ont marqué le cheminement jusqu'au développement des Mignonne :

+-2007 Dégustation entre amis de bières, surtout belges, et prise de conscience que ce qu'on aimait devenait de plus en plus cher et de moins en moins bon...
«Il faut faire quelque chose !» Avec un ami qui se reconnaîtra, on imagine sans trop oser qu'on doit résoudre le problème par nous-mêmes.
Finalement la soeur de ma compagne qui brassait déjà en Australie dans son appartement, nous incite à nous lancer. Le début de l'aventure !

2007-2013 Brassage en amateur. Comme beaucoup, on commence par des kits (avec des rendus déjà sympas !), on passe au mélange conserve + grains aromatiques + houblons, puis enfin au tout-grain. On essaie, on teste, et on s'amuse surtout !
Puis en 2013, je me dis que ça serait pas mal de s'amuser à plus grande échelle... Mais l'idée n'en est qu'une pour l'instant !

2013 Lors d'un voyage au Québec, une rencontre décisive : le Maître-Brasseur de la célèbre brasserie Dieu du Ciel. Après une bonne dégustation, une longue discussion, et l'impression que ce gars, très sympathique au demeurant, est tout simplement fier et heureux de ce qu'il fait. Ça fait tilt ! :)

Début 2014 Nouvelle rencontre, et pas des moindres, celle des frères agriculteurs qui hébergent actuellement la brasserie. Je cherche un local, ils cherchent à créer de l'activité en aidant des jeunes à démarrer tout en valorisant leur patrimoine... le lendemain j'ai des photos de leurs étables disponibles !

2014 Après visites et réflexions, les premiers coups de masse sont donnés. Le projet est lancé, les locaux prennent forme peu à peu, en même temps qu'administrativement parlant les choses avancent.

Février 2015 Un peu moins d'un an après le démarrage des travaux, le premier brassin a lieu le 14 février 2015, amoureux de la bière que nous sommes. La première Mignonne naissait ce jour-là ! ;)

C'est le moment de remercier, au moins symboliquement, ceux qui m'ont fait arriver jusque là :

  • Alexandre S., sans qui je n'aimerais peut-être toujours pas la bière...;)
  • Aurélie E., qui nous a fait prendre conscience que faire de la bière dans 10m², ben c'est possible ! :)
  • Jean-François de Dieu du Ciel, qui m'a communiqué sa "banane" concernant son superbe métier qui est désormais un peu le mien aussi.
  • Olivier et Jean-François G., les plus sympathiques et ouverts agriculteurs de l'Ouest, sans qui j'en serais encore à brasser dans mes bidons de 20L.
  • Jérôme de Saint-Georges, qui m'a prodigué pas mal de conseils avisés, et grâce auquel j'ai pris conscience qu'on pouvait se lancer avec un matériel assez simple et donc peu onéreux.
  • Gwenolé de D'Istribilh, qui m'a conseillé du matériel.
  • Et bien sûr celle qui chaque jour doit supporter ce projet qui est un peu le sien aussi et qui fait fermenter ma vie ! :-D